DSC_0345[1]

la Bannière de la Société de secours mutuels

cm

Les époux Fresnais entourés des élus et d’André Haton

Une pièce emblématique du patrimoine de Jouet, la bannière de la Société de secours mutuels, vient de retrouver sa demeure :la mairie. Deux nouveaux habitants, les époux Fresnais, dont la femme n’est autre que la fille d’André Haton (ancien garde champetre à la retraite), ont trouvé ce petit trésor lors de l’acquisition de leur maison, qui n’était autre que celle de Jean Minchin, maire de la commune de 1896 0 1919.

Du début du XIXe siècle à 1945, le terme « société de secours mutuels » désigne les associations de prévoyance qui, en l’échange d’une modeste cotisation, assurent à leurs membres des prestations en cas de maladie, prenant également en charge leurs obsèques et les pensions de retraite.

La société de secours mutuels de Jouet a, quant à elle, été adoptée au conseil munucipal sous la présidence de Charles Daumy, maire de l’époque, le 9 février 1873 sachant qu’en avril de la meme année elle comptait plus de cents adhérents.

Datant de la deuxième moitié du XIXe siécle, cette bannière, en soie et métal, laisse apparaitre deux mains tenues en signe de solidarité et d’entraide; Autre symbole, sur cette bannière le petit drap mortuaire noir mettant en évidence que la question des obsèques revet d’ailleurs une importance primordiale aux yeux des mutualiste de l’époque qui, en cela, reprennent la tradition des anciennes confréries. Il y a là un grand souci de dignité et la volonté de former non pas une vague association mais une vraie communauté.

Il faudra attendre l’instauration en 1945 de la sécurité sociale pour voir se reléguer dans un role complémentaire les Sociétés de secours mutuels devenues alors les sociétés mutualistes que l’on connait aujourd’hui.

Print Friendly, PDF & Email